Enter your keyword

samedi 29 avril 2017

Une démocratie en débat


Le samedi 18 mars, Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la présidentielle invité sur le plateau du 20H de TF1 décline une question de la présentatrice, avant de lâcher une phrase coup de poing, et pourtant trop entendue depuis quelques années, « nous ne sommes pas dans une vraie démocratie ». Puis le candidat de Debout la France explicite sa pensée : en mettant en avant la présence de seulement 5 candidats sur 11 lors d’un débat ayant lieu sur TF1 le lundi suivant, Dupont-Aigan critique l'inégalité du traitement médiatique des candidats. Pour s’élever contre ce qu’il désigne comme une injustice, le candidat fait tourner court l’interview qui aurait dû lui permettre de présenter son programme et décide de quitter le plateau, non sans avoir insisté pour que TF1 corrige le tir. Ce que la chaîne ne fit finalement pas.

Les candidats invités ce lundi 20 mars - à savoir Mme Le Pen, MM Fillon, Hamon, Macron et Mélenchon - sont décrits par la majeure partie des médias comme « principaux », alors qu’ils ne sont pas plus légitimes que les autres ayant également eu les 500 parrainages requis. Cela contribue malheureusement à leur accorder plus de crédibilité et d’attention, et donc de garder les autres dans l’ombre, fermant le champ des possibilités pour les électeurs et électrices. Ajoutons à cela la sur-médiatisation et les sondages d’opinion : le processus d’orientation des votes est enclenché, l’opinion publique ainsi clairement dirigée.
Pour éprouver le phénomène soulevé dans cet article, faites l'expérience, comme moi, en observant le nombre de parutions du Monde dédiées à chaque candidat durant la semaine du 13 au 19. Les résultats ne sont pas bien étonnants. De plus, seuls deux articles traitent des élections en général et donc de tous les candidats.

Les 5 candidats phares sont dans ce pointage les plus médiatisés mais nous pouvons également noter une différence de traitement entre ces derniers et dernières pouvant s’expliquer par l’affection particulière des médias pour Emmanuel Macron ou encore la couverture de l’affaire Fillon, qui se poursuit sur de nouvelles révélations.
Mais dans tout cela, y a-t-il des solutions ? Favorisez les articles numériques ou papier qui vous permettent de prélever ce qui vous intéresse en étant moins influencés par la mise en avant de certain candidats, notamment grâce à des dossiers récapitulatifs de l'ensemble des programmes. De plus, nous entrons maintenant en campagne officielle, ce qui obligera les médias à une égalité du temps de parole. Enfin, reconnaissons que ce débat de lundi était une grande première sous la Ve République, qu'il a été de très bonne tenue, qu'un autre à onze suivra et que les cinq « cadors » présents ont appelé, beaux joueurs, à un débat équivalent pour les six autres. Finalement, notre démocratie française est peut-être plus vivante que jamais …

Lisa Salvi

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles populaires

Newsletter