Enter your keyword

mercredi 11 janvier 2017

Plutôt sage cette Terminale


L’année scolaire venait de débuter, il fallait marquer cette rentrée par un événement enrichissant pour la classe de TES1. Le 15 Septembre 2016, une classe du lycée a bénéficié d’une chance : assister à une conférence du Dalaï-lama à Strasbourg. N’était-ce pas encourager notre génération a être un peu plus conscient de nos actes partout sur la planète pour promouvoir la paix et le sourire ?


Grâce à deux professeures très enthousiastes la classe de TES1 échangea une après-midi de cours contre une rencontre qui n’arrive pas à tout le monde. Pour certains, l’enseignement reçu est d’une grande importance, notamment pour Omer Yildiz qui a accepté de répondre à quelques questions, d’ailleurs il s’est montré particulièrement prolixe sur le sujet.

Prolixe : Quelle impression gardes-tu de cette rencontre avec le représentant de la religion bouddhiste et du peuple tibétain ?
Omer Yildiz : Honnêtement, lorsque j'ai entendu qu'on allait rencontrer le Dalaï Lama, je n'en savais pas beaucoup à son sujet à part son statut spirituel. Alors on a fait des rechercher à son sujet et lorsqu'on la rencontré j'ai beaucoup aimé sa simplicité et son côté enfant même s’il a un certain âge et surtout son adaptation à la situation : c'est à dire qu'il adoptait un langage très simple pour être compris des plus jeunes, son principal public ce jour-là. Je pense qu'il est un représentant pour les bouddhistes mais je pense pas pour tout les Tibétains car il y a des minorités musulmanes, chrétiennes et encore de religion diverses et variées.

P. : Qu’as tu principalement retenu de son discours ?
O.Y. : J'ai retenu son optimisme pour ce qu’il adviendra du XXI° siècle qui a déjà - à mon goût - mal commencé. Cependant, ses paroles nous donnent envie d'y croire ; nous les jeunes, nous sommes capables de rendre le monde meilleur comme il l'a dit durant la conférence.

P. : Cette rencontre est-t-elle bénéfique pour toi et convient-elle à tes valeurs religieuses/éthiques ?
O.Y. : Cette rencontre m'a été particulièrement bénéfique. Il a précisé lui même qu’il ne faut pas être croyant d'une certaine religion pour comprendre son message. En tant que musulman je comprends son message. Ceci m’a aidé, j’ai retrouvé et cerné le côté spirituel qui est très présent dans l'Islam et ça correspond tout à fait à ma vision du monde. Je prends donc son message très à cœur et très au sérieux parce qu'il est universel et correspond à chaque humain qui veut atteindre un havre de paix et de sérénité.

P. : Si on comprends bien, tu crois à une paix possible dans le monde de demain, c’est ça ?
O.Y. : La paix est envisageable et j'y crois tout en étant conscient que ça va être difficile. Ce qui faciliterait un monde en paix c'est le dialogue entre les communautés. Le plus grand fléau de l'Humanité est l'ignorance et le manque de communication entre les peuples ; de ce fait nous nous éloignons et nous nous divisons. Même si c'est difficilement réalisable moi j'y crois et je ferais tout pour que ce monde de paix soit une réalité. Mais avant de vouloir imposer la paix dans le monde il faut atteindre une paix intérieure qui nous permettra de prêcher la paix autour de nous, nous reconnaîtrons alors nos égalités entre nous.

La paix, une belle idée, elle sonne joliment à l’oreille tel un doux rêve : à nous de réaliser ce dernier.

Si Mme. Siegel, professeure de SES au lycée, et Mme. Kopp, documentaliste au lycée, jugèrent important que les élèves assistent à cette rencontre c’est notamment à cause de leur motivation à faire de nous des citoyens de demain dans un monde équilibré. Mme. Siegel le dit si bien :
«  Dans un monde qui fait face à de multiples défis, ma motivation s'inscrit dans la conviction d'une nécessaire démarche d'ouverture à soi et aux autres en toute simplicité pour instaurer davantage d'harmonie au niveau planétaire. N'est-ce pas ce qu'incarne si bien le Dalaï - Lama?
Son discours et sa manière d'être résolument optimistes et confiants sont sources d'espoir et peuvent aiguiller les jeunes générations en ce sens en mettant l'accent sur leur propre responsabilité dans le devenir de l'Humanité. J'en suis convaincue, chacun, à son niveau, peut oeuvrer pour cette paix collective. C'est d'ailleurs ce que le Dalaï-Lama a répété : "
You have to work for peace every day". »

Ainsi le plan de sauvetage de l’Humanité est la paix : à nous de la construire, à nous d’engendrer une révolution. Le message nous a bien été transmis mais sommes-nous prêt ? On ne doit plus trop avoir le choix, il faut faire quelque chose.


Julie Feger-Fischer

Source image: omalaya.net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles populaires

Newsletter